(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "An essay on woman in three epistles"



rr ^ 



"I r 



v* *» * 



%*+7U 




speciAi 

COLLeCUONS 

t>OUÇLAS 
LtfeRAR? 



queeN's uNiveRsir? 

AT KINGSTON 



kiNQSTON ONTARIO CANADA 



A N 



E S S A Y 

O N 

WOMAN. 



A N 



ESSAY 

O N 

WOMAN, 

I N 

THREE EPISTLES. 










IPS 



LONDON: 

PRINTED FOR THE AUTHOR. 

And Sold by Mr. GRETTON, in Bond- Street. 

And Mr. POTTINGER, in Pater- Nofter-Rcw. 



ESSAI 

S U R L A 

FEMME, 

E N 

TROIS EPITRES. 

TRADUIT DE L'AN GL OIS. 






M 



fe ^ ^ f 




LONDRES: 

IMPRIME' POUR L'AUTEUR. 

Ec le vend 

(M. GRETTON, dans le Rond -Street, 
Chez-} & 

CM. POTTINGER, in Pater- Nofter-Rov/. 



ESSAI 



S U R L h 



FEMME. 



CO 

A N 



. ,. 



ESSAY 

O N 

w'-O M AN. ; 



f 1 < 
EPISTLE I. 



A- T r; 
WAKEl inyJC leave all things hefide, 

To lew ambition , and to Scottifh pride : 

Let us (fince life can little more fupply. 

Than y jujl to fight a duel.,., and to die) 

Expatiate , freely , upon Woman-kind; 

And trace , the mighty errors oj her mind; 

Mark where her thoufand weeds, promifcuous ,fhcct ; 

And, fcarlefs<> cultivate forbidden fruit: 

To- 



ta) 
ESSAI 

SUR LA 

FEMME 

E P I T R E I. 



R 



Eveilles-toi , cher C . . . . abandonnes tout 
à labaflè ambition à l'orgueil des Ecoflbis. 
Puifque la vie ne peut guères fournir que 
des occafions de fè battre en duel .... & de 
mourir. Etendons librement nos réflexions 
fur le Sexe; Traçons les puifîàntes erreurs 
dont il eft fufœptible, & remarquons dans ce 
vafte champ, parmi les Epines qui y crois- 
fènt, les fruits défendus que Ton y cultive 
fins crainte. Tâchons d'examiner ce qu'if 

A 4 pre- 



(8) 
Together j let us trace this ample field. 
Try, what the open, what the covert yield ; 
The artful tricks , and pretty flights explore» 
Of ev'ry coy , and every willing whore : 
Eye, all her walks; /hoot Jolly, as it fies; 
Notice her allions, as to fight they rife: 
Blame , where we muft ; but laugh , where e'er we can ; 
And f hew, that Woman is the Foe of Man* 

Of God above, or Woman here low, 
What can we reafon, but from what we know? 
Of her , what fee we but her Jlation here, 

From which to reafon , or to which refer ? 

- 

Through worldsunnumbefd though the God beknown^ 
Woman's acknowledged only in our own. 

Woman, prefuptuous! would the reafon find ' y 
Why f he is formed fo little 9 and Jo blind i 

But 



(9) 

préfènte a la vue , d'approfondir ce qu'il tient 
caché. Efforçons - nous , dis-je, de dévolop- 
per les fûbtiles intrigues des Femmes > & les 
airs de retenue qu'afFe&ent celles qui fe profti- 
tuent de bon gré. Jettons les yeux fur toutes 
leurs démarches; frappons la folie dans fès 
accès; épions les jufque dans leur fburce; con- 
damnons ce qui eft blâmable , mais rions au- 
tant que nous en aurons lieu, & montrons 
que la Femme eft l'ennemie de l'Homme. 

Que pouvons - nous dire de Dieu là haut , 
ou de la Femme ici bas , que ce que nous en 
fàvons ? D'elle , que voyons - nous de plus 
que fbn état, dont nous puiiïions raifbnner, 
ou tirer des Conféquences? On connoît Dieu 
par des Mondes fans nombre; La Femme 
n'efl connue que dans celui que nous habi- 
tons. 

Femme préfbmptueufè ! tu voudrois favoir 
pourquoi tu naquis fi vile & fi aveugle? il te fe- 

A 5 ra 



C 10) 

But let her firjl the harder reafon guefs , 
Why J he is formed no blinder, and no lefs ? 

Jfk of her mother. Earth , why oaks are made 
Taller, or ft ronger, than the weeds they f hade? 
Woman refpecling , what mqfl wrong we calL 
May, muft be right, as relative to all. 

That woman's helplefs ,fay not,... heaven in fault ; 
Say rather . . ./he's as per fed; as/he ought : 
Her knouwledge, meajured to her Jlate and place > 
Her time, a moment; and a point, her /pace. 
Heaven from us all conceals the book of fate, 
Or who would wed the woman he muft hate \ 
The girl thy pajfion dooms a lawful prey, 
Had f he thy reafon, would f he fmg, and play? 
Pleas'd to the laftjhe yields her virgin charms , 
A-id bugs the dear deftrojer in her arms. 

A. l 

Ob 



C » ) 

ra bien moins aifë de deviner pourquoi tu ne fus 
pas formée plus aveugle encore & plus abje&e. 

Demandes à la terre du fein de laquelle tu 
forts pourquoi les Chênes font plus hauts &plus 
forts que les brins d'Herbes quicroiilènt à leur 
ombre. Ce que nous appelions un Mal , a l'é- 
gard de la Femme, peut-être & doit -être 
un Bien par rapport à. l'Univers. 

La Femme, dira- 1 -en, manque de forces 
pour s'aider elle-même. N'en imputons pas la 
faute au ciel; convenons plutôt qu'elle eft audi 
parfaite qu'elle doit l'être. Ses lumières font pro- 
portionnées à font état & au rang qu'elle occupe 
en ce Monde. Sa carrière eft la durée d'un mo- 
ment , & fbn tems un point dans l'immenfité des 
Siècles. Le Ciel a caché à l'Homme le Livre des 
Deftins ; autrement quel eft celui qui époufêroit 
une Femme qu'il doit haïr? La Fille, deftineeà 
devenir la proye légitime de ta paffion ; Chante- 
roit-ellc,auroit-elle envie de folâtrer , fi elle pou- 
voit lire dans les replis de ton cceur ? Mais non , 
enchantée ju (qu'a la fin, elle prodigue fes pre- 
mieres faveurs & ferre entre (es bras le cher Ob- 
jet de fà tendreftè , le Ravifîcur de fes charmes. 

O 



C i2 ) 

Ob! blindnefs to the future, not to fie 
Her two worjl enemies are, Jove and thee ; 
From whom to endlcfs ruin f he is fent, 
Her fatal pajfion is her punifhment , 

Hope Springs eternal in the female brcajl, 
Women ne'er are, but always to be blcjl; 
The girls uneajy and confined, will run 
From dear mamma tous, to be undone. 

Lo! the poor Indian, whoje untutored mind, 
*With European tajle all unrefined. 
Who never faw or mafquerade or play, 
Nor jhone at court on George'* s natal day; 
Tit fimple nature to her hope has given, 
In her dear tawny Lord, an humbler heaven : 
To be, contents her natural de fire, 
She ash no angeVs wing, noferapïïsfire; 

But 



( 13 ) 

Obfcurité de l'avenir! ô bandeau!" qui em- 
pêche qu'on ne voie que fcs Ennemis les plus 
déclarés font toi-même & l'Amour, cv que 
fà perte irréparable n'eft qu^une fuite d'une 
funefte paflion, à laquelle la punition eft at- 
tachée. 

L'e/perance fut toujours l'interprète des 
Femmes. EJle leur annonce des préfàges de 
bonheur, qui jamais ne fèréalifent. Les Filles, 
trop fbigneufement gardées & gênées, trouve- 
ront le moment de fè fbuflraire à la vigilance 
de leur chère Maman, & viendront à nous 
pour être nos Vi&imes. 

Vois cette pauvre Indienne ^ dont l'efprit, a- 
bandonné à lui-même, n'efl point imbu du 
genre de vie que l'on mené en Europe. Quoi- 
qu'elle n'ait jamais paru au Bal &aux Specta- 
cles, ni brillé à la Cour le jour anniverfùire 
de la naifîànce du Roi George , elle tient néan- 
moins de la fimple Nature l'efperance d'etre 
heureufe dans la pofîeffion de fbn A niant Nègre. 
Bornée à ce defir naturel, elle ne fbuhaite, ni 
ailes d'Ange , ni ardeur de Séraphin • elle fè croit 

au 



( 14- ) 

But thinks , J he has all bleffmgs in her eye * ) 

Her dusky lover in her company.. 

Go! wijer thou , and in thy nervous lines 3 
Where all the Jlrength of compofition fhines , 
■ Call imper ft [lions to the face of day. 
And d — the needy players who work for payi 
Say, here they rant , and there too much they whine ? 
Meed not their fears , thy bufinefs is... to dine. 

Ask) for what end the fparkling brillants fhine? 
■The woman...» ever modejl... cries, for mine\ 
For me the artifl tries his uimojl power , 
And forms , from gems ', the artificial flower; 
Annual , for me, returning winter comes ', 
For me prepares ridottos, masks, and arums \ 
For me, joy gufhes Jrom a thoufand fprings ; 
And forty] hilling all ors foar to Kings; 

Char- 



au comble de la félicité à côté de celui qu'elle 
aime. 

Approches, toi qui es plus fige, & dont 
Pénergie des Vers manifefte la torce de ta 
Verve. Viens & expofès les imperfections au 
grand jour. Déchaînes toi contre le< Acteurs 
indigens & mercenaires. Dis -leur qu'ici ils 
extravaguent, & que là ils ennuyent par leurs 
plaintes. Ne t'embarralîes pas de leur fray- 
eur; ton affaire eft celle. ... de dîner. 

Demandes pour qui les pierres précieufès 
jettent leur éblouifîant éclat ? Pour moi , s'é- 
crie la Femme. . . . toujours mode fie. . . . 
C'eft pou/ notre Sexe que l'Artifte s'effor- 
ce de fè fùrpaflèr dans la Science d'enchaiîèr 
les bijoux & d'en former des fleurs. Gui, 
c'eft pour lui que la fàifbn d'Hyver revient 
chaque année, que les Afîèmblées le for- 
ment,- que les Bals & les Fetes fc donnent, 
queJes rejouiflances fè fùccédent à l'infini* 
C'eft pour nous que les A6leurs à quarante 
Schellings jouent fur le Theatre les rôles 
de Rois, que les Porteurs - de • chaifès font 
faits pour nous tran/porter aux fpeftacles , les 

Va- 



( i6) 
Chairmen to waft me , boys to light me rife. 
And all the pit is wounded by my eyes. 

But em not nature from her kind intent, 
When female minds, on mifchief ever bent, 
Delight to torture where they ought to pleafe. 
And yield their own to blafl another^ s eajeï 
9 , No, (tis replfd) the females havt no flaws. 
» And. to o woman, acl by genial laws ; 
„ Without exception do what ills they can ; 
,, Their only aim to hurt, to injure mam." 
If the great end be human bappinefs , 
And woman deviates . . . ./ball man do lefs ? 
As much that end a confiant courfe requires, 
Of f bower s and fun f bine, as of their dc fires; 
As much eternal fprings and cloudlefs skies, 
As wdman, ever temperate, calm, and wife. 



if 



(17) 

Valets pour nous éclairer, lorfque nous y en- 
trons, & que tout le Parterre, blefle de l'é- 
clat de nos yeux , réfèrve Ion étonnement & 
fbn admiration» 

Mais la Nature bienfaifànte ne fè détourne- 
t-elle paà de les fins, lorfque le Sexe, dont 
le cœur eft toujours porté au mal , fê fait un 
plaifir de cauferde la peine où il devroit plaire, 
& qu'il facrifie fbn propre contentement à la 
démangeaifbn de troubler celui des autres ? 

„ Non vraiment , replique-t-on ; les Fem- 
„ mes font exemptes de défauts , quoiqu'en 
„ agifîànt par les loix générales , elles faflènt 
„ fans exception tout le mal qu'il leur eft pos- 
„ fible, & n'ayent pour but que d'infùlter & 
„ de nuire àl'Homme". Si donc la félicité eft 
le grand point de vue de l'Homme & que la 
Femme s'en éloigne . ...donnera-t-il moins 
dans cet écart? 11 faudroit, pour atteindre ce 
bonheur, qu'ils eulîënt autant de momens de 
beau tems & de pluye , qu'ils ont de defirs; au- 
tant de.printems cpntinuels & de jours fereins , 
que de Femmes toujours fages, tranquilles & 
modérées. Si les Fléaux de la Pefte & les 

B Tren> 



(i8) 

Jf plagues and earth quakes heatfnS defign fulfill, 
Wbyjbould not man o'er woman have his will? 

Better fir us , perhaps, it might appear, 
Were you a mitre y d prieft , and la peer. 
But trufl me, C...., thofe, who letter know, 
Have long determined it Jhall not befo. 
Thus allfuhfifts by politics andjlrife , 
Andpajfwns are the elements oj life. 
The general order , fince the whole began, 
Is not in woman , but is kept in man. 

What w ou^d the fe girls? now upwards will they foar, 
And little lefs than angels, would be more; 
Now look around, and jujl as grieved appear, 
They are not mothers in their fifteenth year : 
Made for their ufe, all creatures will they call; 
Say > what their ufe , had they the powers oj all? 

Kind 



( IP) 

Tremblemens de terre accomplifîènt les dé- 
crets du Ciel , d'où vient PHomme n'exe-* 
cuteroit-il pas fa volonté envers la Femme ? 

Il fëmble qu'il vaudroit peut-être mieux 
pour nous ; toi a que tu fufles Abbé mitre $ 
& moi un des Pairs du Royaume. Mais 
crois -m'en, cher C...., ceux, qui en fà- 
Vent plus que nous , ont décidé depuis long- 
tems que cela n'arrivera pas. Ainfi tout 
fubfifte par les refîorts de la politique & 
les débats ; les paflions font les élemens de 
la vie. L'ordre général , depuis la création 
de l'Univers , fut établi dans l'Homme , & 
non afTigné à la Femme. 

A propos de quoi s^avifènt ces Filles de 
vouloir prendre l'eflor,& d'être un peu moins 
que ne font les Anges, fi non d'un rang 
encore plus élevé ? Elles regardent autour 
d'elles d'un air chagrin; il fèmble qu'elles fè 
dépitent de n'être pas mères à Ja quinzième 
année de leur âge. A les entendre , tous 
les Etres vivans furent créés pour leur fer- 
vice. Dites-moi quel ufâge elles en feroiënt* 

B 2 fùj^ 



Kind to the fex, in rich profufion kind, 
Shape, beauty, wit, dame Nature has ajfigtfd; 
Shall fhe then only , whom a wit we call, 
Ik pleased with nothing, if not blefid with altt 
A woman's blifs, could pride that bleffing find. 

Is , not to think or acl beyond her kind, 

■ 

A 7 o powers of body or of foul to f hare, 
But what her nature and her Jl ate can bear, 
Why have not women microfcopic eyes ? 
For this plain re afin . . . women are not flies. 
Say , what their ufe, were finer optics giv'n, 
Toinjped a mite, not comprehend a heaven ? 

Ceafe then , nor rudely let usfeem to blame ; 
Our proper blifs is centred in the dame: 
Let usfubmit, in this our humble jphere , 
Content to be as tfejt as we can bear: 

Sa" 



.( 21 ) 

fuppofe que toutes chofès fufîènt en leur 
puifîânce. La Nature , libérale jufqu'à la 
prodigalité, s'eft montrée favorable au (exe, 
en lui donnant de la taille , de la beauté & 
du jugement. Ne feront donc les Femmes, 
que nous appelions Beaux-Efprits , contentes 
d'aucun don , fi elles ne les ont tous en partage ? 

Incapable de s'évertuer à accroître les fa- 
cultés du corps & de l'efprit, elle fè borne il 
conferver celles qui comportent fon tempéra- 
ment & fa condition. Pourquoi n'ont pas les 
femmes des yeux de microfcope ? La raifon 

en eft fênfible Elles ne font pas nées dans 

la clafîè des mouches. De grace , à quoi 
leur ferviroient des organes de vue plus fïibtils? 
fèroit-ce à contempler des cirons, elles qui ne 
comprennent pas même le ciel qui les en- 
vironne ? 

Cefîons donc ,& n'entreprenons pas de blâ- 
mer groïïiérement un Sexe, qui eft le cen- 
tre de notre bonheur. Contens d'être auiïi 
heureux qu'il eft pofïîble, renfermons-nous 
dans cette humiliante fphere , & tranquilles 
entre les mains d'une charmante Femme , 

B 3 fray- 



(«) 

Safe [in the hands of one all- charming wife, 
Calm let us tread the rugged path of life; 
And) fpite of truth, in fair convitliortsfpite, 
Still let us fay , andfivear, that WOMAN'S RIGHT. 






C*3 ) 

frayons les raboteux /entiers de la vie. Avou- 
ons & ne cefîbns de jurer en difânt, quoique 
convaincus du contraire, que la Femme a 
RAISON, en dépit de la vérité même. 






B 4 



( 24 ) 

E P I S T L E II. 

JX. NOW then thyfelf* and make the Sex thy care , 

The proper Jludy of Mankind's the FAIR; 
Placed in that flat e —which all who know thee , know 
A Politician, Poet, Par/on, Beau; 
Created half to rife, and half to fall, 
Great Jon ef Homer « doating on a doll; 
Truth's friend fo fond of jemale faljehood grown , 
The glory , jefl , and riddle of the town. 

Go y woncTrous creature, as Apollo leads, 
And mark the Path majejlic Milton treads; 
'The little verf fiers teach to write, 
Then to thy bottle and thy w.... at night. 

The wondering aflors, when gf late theyfaw 
A grave Divine explain theatric law. 

Ad- 



( fej ) 

E P I T R E II. 

\^Onnois toi donc toi-même .... & fais 
du fèxe l'objet de tes foins. La Femme eft 
la vraye étude qui convienne à l'Homme. 
Livré à cette occupation .... tâches que 
tous ceux , qui te connoiiîent , retrouvent en 
toi un Politique, un Poète, un Ecciéfiaftique, 
un Dameret ; né tantôt pour s'élever , & 
tantôt pour cheoir. Le grand fils d'Homère 
perdit la raifon par excès d'amour pour une 
Poupée, & l'Ami delà Vérité eft devenu éga- 
lement idolâtre de la faulîèté du Sexe; fà gloi- 
re ne fèrt que de jouet & d'énygme dans la Ville. 

Vas, merveilleux Génie, cours où Apollon 
t'appelles, & marches fur les traces du iïibli-. 
me Milton. Enfèignes aux Rimailleurs à 
écrire, & partages enfûite la nuit en mo- 
mens de vuider ta bouteille & de careiîer 
ta Belle. 

Les Afteurs, émerveillés de voir derniè- 
rement un grave Théologien expliquer les 
Loix du Théâtre, admirèrent la fageftè du 

B 5 ve- 



( %â ) 

Aàmifd the wijdom of the reprend cow/, 

And f hew' d a C...., as we fhew an owl. 

Has be who wrote the Rojciad e'er inciind. 

Ten days together to one female mind? 

Then might thy friend be confiant to his IF. . . ., 

And PRIVILEGE be pleaded then no more. 

Woman to man ft ill yields {and where' s the barm?) 

Who keeps her clofe while J he has power to charm ; 

Then yields her to his fellow -b?"ut es a prey: 

And where' s the faulty my friend > in us, or thej? 

Two principles in human nature reign , 
SeJj-loïc to urge , and reafon to rcftrain: 
•Self love, thefpring of motion, ads the Joui ; 
And reajon yields to its fupr erne controul: 
Great fir cngth the moving principal requit es , 
Active its task, it prompts, impels, infpires; 

Se- 



( 27 ) 

vénérable Capuchon, & étalèrent à nos yeux 
un C . . , comme nous faifons voir un Hi- 

LUI V^ ? • • • 5 • _ r , r .1. 

bou. L'Auteur de la Roftade fut il jamais 
d'humeur à paffer dix jours confécutifs dans 
la compagnie d'une Femme ? En. ce cas, 
ton Ami pourroit bien fe piquer de confiance 
pour faMaitrefTe,&la prérogative, attachée 
à l'Hymen, celTerqit d'être mife en quefhon. 
Les Femmes fe prêtent aux defirs des Hom- 
mes ( quel mal y a-t-il?). Ils les aiment auffi 
longtems que durent leurs charmes , & les 
abandonnent enfuite en proye à la brutalité 
de leurs femblables. A qui la faute, mon A- 
mi? à elles, ou à nous? 

Il règne dans la Nature deux principes ; Pa- 
mour- propre qui agit par impulfions, & la rai- 
fon qui leur réfifte. L'un , iburce du mouve- 
ment, exerce fon activité fur l'ame,& l'autre 
plie fous fon pouvoir fbuverain. Le principal 
mobile exige beaucoup deforce* il pouflè, 
il preiTe, il infpire, pendant que les fens font 

air 



( 28 ) 

Sedate and quiet fenje and reafon He ; 
We yield to paffion, and from reafon fly. 
Wefieze immediate good by prcfent fenfc , 
And leave to fate and chance the confequence: 
Thicker than arguments temptations throng. 
More powerful theje , though thofe are ne^erfoflrong. 
Self-love and reafon to one end afpire, 
Pain our aver fion , pleafure our defire; 
But greedy flill our objeel to devour , 
We crop j without remorje , the fair eft flow 1 r: 
Tleafure, with us, is always underflood, 
However obtained, our beft and great eft good. 

Fajfwns, like elements, though born to fight. 
By female pow'rfubdu'd, are altered quite; 
Tbefe "'tis enough to temper and employ, 
While what affords moft pleafure , can de/lroy. 

AU 



C*9) 

calmes & la raifbn tranquille. Nous/ïiccombons 
à la violence des paffions ^ & nous laifîons la 
raiibn à l'écart. Entraînés par un fèntiment pré- 
fènt, nous faififîbns tout à coup le bien qui fê 
préfênte , & en abandonnons les fuites au ha- 
zard. Les tentations fe fuccédent en foule , & les 
réflexions ne fui vent qu'en petit nombre ; cel- 
les-là (ont plus fortes , celles-ci toujours plus foi- 
bles. L'amour -propre & la raifbn concourent 
au même but * la peine fait notre averfion , le 
plaifir excite nos defirs. Mais fans cefîè a- 
videsde la jouifîânce de notre Objet, nous 
cueillons les Fleurs les plus belles, & de quel- 
que côté que rïaifle le plaifir , nous Penvifi- 
geons toujours comme notre fbuverain bien. 
Les paffions , fèmblables aux Elemens, 
quoique deftinées à s'cntre-battre , font fùb- 
ordonnées au pouvoir du Sexe. Une fois vain- 
cues, elles changent de nature , & c'eft afîèz 
qu'on puifîèles modérer & en ufcr avec discré- 
tion , puifque ce qui nous procure le plus fenfible 
des plaifirs , peut entraîner notre ruine. 

Toui 



(3o) 

All Jpread their charms , but charm not all alike , 
On different fenfes different objccls fir ike; 
Hence different ladies , more or lefs inflame ; 
Or different powers jometimes attend the fame; 
And calling up eachpaffwn of the breafl, 
Each lady* in her turn , fubdues the refl. 

As man 9 perhaps, the moment of his breath, 

Imbibes the flame which ends not but with death; 

The flame , that mujlfubdue the fair at length , 

Grows with his growth, and Jlrcngthcns with his 

(flrengtb. 
So call and mingled too /« Woman'* , frame, % 

Her mind's difeafe, her ruling pafiion came. 

Imagination plies her dangerous art , 

And pours it all upon the peccant part: 

Nature if s mother, habit is if s nurfe, 

Wit, fpirit, faculties, but make it worfe. 

m 



(3i ) 

Toutes les Femmes déployent leurs at- 
traits , mais ne charment pas également. Au- 
tant les objets font divers , autant les impref- 
fions font différentes. De là , la variété dans 
les Femmes, dont les unes infpirent plus ou 
moins d'ardeur que les autres , à proportion 
des agrémens naturels dont elles font quelque- 
fois accompagnées; de forte que touchant le 
cœur du côté le plus fùfceptible d'émotion , 
chacune d'elles à fbn tour vient à bout de 
triompher du refte. 

De même que l'Homme, dès le moment de 
fà naifîance , nourrit peut-être dans fon foin une 
flamme, qui, croifiânt&fo fortifiant avec lui, 
doit tôt ou tard lui foumettre l'Objet de fos 
feux, & ne s'éteindre qu'à fà mort : de mê- 
me aufli la maladie d'efprit s'inflnue dans la 
Femme, fè mêle avec fà complexion & de- 
vient fa paiïion dominante. L'imagination 
fournit des expédiens à fès dangereux artifi- 
ces, & en accable l'Homme, qu'elle juge cou» 
pable. La Nature enfante cette padion , l'ha- 
bitude l'entretient; l'efprit, le jugement & les 
facultés de l'ame ne fervent qu'à l'empirer. 

As- 



( V- ) 

We wretched [ubjecls to the jemalc fway y 
The tyrant^ Woman , one and ally obey; 
Who, bent to govern by her own wife rules, 
Willy if J he finds not , aim to make us fools; 
Teach us to mourn our /late, but not to- mend; 
A fharp accufcr, but a helplef s friend ! 
Proud of her eafy conquefl all along , 
Shejlill allays our paffîons, weak orjlrong. 

Virtuous and vicious every man mufl be ; 
Women are neither in a fmall degree; 
The rogue and fool, by fits, is fair and wife, 
Women are always what they mofl defpicc : 
y Tis but by parts Man follows good or ill ; 
WomartS fole Jovereign is her own dear will, 

While etfry man purfues a different goal, i 

■ 

Womans whole aim'' s unlimited controul, 

The 



(33 ) 

Aflèz malheureux pour être afîùjettis à la 
puifîànce du Sexe , nous obéifîbns aux ca- 
prices du Tyran. Auflî portée à la domi- 
nation qu'entêtée de fa fâgeflè, la Femme 
nous prefcrit des règles de conduite, & vile, 
fi non à nous rendre tout à fait infènfes , 
du moins à paraître imbécilles. Qu'elle nous 
apprenne donc à déplorer notre fort , & non 
à l'amender ! Rigoureufè accufâtrice, Amie 
impuifîànte, elle s'enorgueillit de conquêtes 
qui lui coûtent fi peu, & fàifànt un mélan- 
ge de nos pafTions , elle en augmente ou tem- 
père la violence à fon gré. 

Tout Homme a une dofè de vertus , cha- 
cun a Tes vices; mais la Femme réunit le 
tout en elle. Un Fourbe eft fincere par ac- 
cès, un Sot efl fâge par intervalle, & les 
Femmes font toujours ce qu'elles méprifênc 
le plus. L'Homme ne fuit qu'en partie le 
bien ou le mal ; la Femme au contraire efl: 
Pefclave de fa propre Volonté. Tandis que 
chacun s'occupe à fournir fi différente car- 
rière , la Femme , uniquement attentive à 
éplucher les a&ions des Hommes , cenfïi- 

C re 



( 34) 
1 he faults of men , and their dcjecls of minai 
Afford the highefl joy to womankind. 

See forne peculiar whim each man attend-, 
See every Woman laboring to one end: 
Seejome fit pajfion etfry man employ ; 
Empire alone affords the Woman joy. 
Behold the Girl , by Naturels kindly law, 
Fleas' d with a tattle, tickled with ajlraw; 
Some other bauble gives her youth delight, 
A little louder , but as empty quite. 
Brefs, dancing, balls , amufe her riper age, 
And drams and opiates are the toys of age; 
Pleased with this bauble JIM, as that before, 
''Till tifd, fhe fleeps ... and life's poor play is o'er. 



( 3* ) 

re leurs écarts & fè réjouit de leurs dé- 
fauts. 

Tout homme a fès caprices. Tu les vois 
ardens à chercher chacun les moyens d'afîbu- 
vir une paffion convenable à fbn tempérament. 
Vois aufli les Femmes fans cefîe en A&ion 
pour parvenir à un but. Elles ne font au com- 
ble de leurs defirs qu'autant qu'elles ont la 
puifîànce en main t Obfervez une jeune Fille, 
qui , guidée par les Loix de la Nature bien- 
faifànte , fe réjouit d'un huchet & s'amufe à 
un fétu. Quelque autre un peu plus relevé 
& non moin frivole, l'amufè dans fajeunefîè. 
La parure, la Danfê & les Bals font tout fon 
agrément dans un âge plus mûr j Et l'ufàge de 
quelques vers de liqueurs , interrompe par 
celui d'opiates, tient lieu de pafîè-tems dans 
fa vieilleflè. Charmée de toutes ces babioles , 
elle n'en perd les goûts que lorsque l'ennui 
fùrvient & la plonge dans le fbmmeil ... lu 
ainfi finit la trifle feene de la vie. 



C 2 



EPISTLE IIL 

y^J H Happinefs ! to which we allafpire, 
Winged with Jlrong hope, and borne by full de fire, 
Oh Eafe ! for which in want , in wealth we figh, 
That Eafe for which we labour and we die. 
Why fhould the Female ever have the power, 
To tyrannize tier Man, and to devour? 
Why fhould the wife, the learned, and the fool, 
Ihe brave, the rich.. , . Jubmit to Woman's rule ? 

Ask of the learned the caufe, the learned are blind, 
This bids usfeek, that fhun all Womankind; 
Some place the blifs injerving one alone, 
Some by a lingle Pafllon are undone. 
Some, funk to bèafls ,find plea fur e end in pain. 
Some, J weWd to Gods,... confefs all plea fur e vain; 

So- 



( 37) 
E P I T R E III. 



\y Félicité! à laquelle nous afpirons tous, 
affermis par l'efperance & pleins d'ardens 
defirs. O Tranquillité après laquelle nous fbu- 
pirons dans la nécelïité comme dans l'opu- 
lence; Tranquillité 5 pour qui nous travaillons 
fans cefîè & mourons. Fondée fur quel Droit , 
la Femme aura-t-elle à jamais le pouvoir de 
tyrannifèr & d'opprimer FHomme ? Pour- 
quoi le Sage, le Savant, l'Idiot, le Brave, 

le Riche plieront-ils fous le joug du Sexe ? 

Ne t'adrefîès pas aux Doftes pour t'en éclai- 
rer ; ils (ont aveugles. L'un nous ordonne de 
fréquenter les Femmes; L'autre nous enjoint 
de les fuir ; Quelques-uns fixent le Bonheur de 
l'Homme à n'en aimer qu'une Jcu/e; quelques 
autres perifîènt dans Fécueil d'un fimplc atta- 
chement ; ceux-ci s'abaifîènt , jufqu'aux brutes 
& trouvent que le plaifir finit dans la douleur; 
ceux-là au contraire s'élèvent jufqu'au rang 
des Dieux, & avouent que le plaifir n'elt que 

C 3 va- 



( 3S ) 

Some hold the maxim others wrong would call, 
To try all Women, , . and to doubt them all. 

Ob, Sons of Men! attempt no more to rife, 
But own the wond'rous force of Woman'' s eyes; 
Who, big with laughter , your vain toil furveys, 
And fbews her power a thoufand dijfrcnt ways. 
Know all the happinefs we hope to find, 
Depends upon the will of Womankind. 

Nothing fo true as Pope, long fince, let fall, 
„Mofl Women have no ebar aciers at ail"; 
How many pictures of one nymph we view! 
All how unlike each other,,, all bow true! 
See Sin in flatc majeflically drunk; 
Proud as a Pecrefs , prouder as a punk ; 
Chafle to her husband , frank to all be fide, 
A teeming miflrcjs, but a barren bride-, 
In whofe mad brain the mix\l ideas roll, 
Of Tallboy } s breaches, and ofCx&r'sfoul. 
Who , fpite of delicacy ,floops at once , 
And makes her hearty meal upon a dunce. 

In Men we various ruling pajfiomfind, 
In Women . . . two alone divide the mind; 
Thofe only fixed, they, fir ft or laft, obey , 
The love of pleafure, and the love of fvcay. 
FINIS. 



C 39) 

vanité; Quelques-uns enfin tiennent pour ma- 
xime, que d'autres n'approuvent pas , qu'il 
faut efîayer de toutes les Femmes, & n'a- 
voir confiance en aucune. 

O Enfansdes Hommes ! n'entreprenez plus 
de vous élever. Reconnoiflez plutôt les mer- 
veilleux effets des attraits de la Femme, qui, 
les yeux attachés fur vos vains efforts , s'en 
rit & vous fait fentir de mille manières diffé- 
rentes la force de fbn pouvoir» Sachez que 
tout le bonheur, qu'il nous eft permis d'efpc- 
rer, dépend de la volonté du Sexe. 

Rien n'en: plus conforme a la vérité que 
ce que Pope dit un jour: Q_uc la plupart des 
Femmes n'ont point de caratlere. En effet, 
combien de portraits ne voyons-nous pas d'u- 
ne feule Nymphe , qui , quoique difîérens en- 
tre eux , n'en font pas moins tous exacte- 
ment vrais ! Vois le crime enivré d'un fafte 
majeftueux. Telle, qui affèclera l'air altier 
d'une Duchefîc, qui renchérira fur l'orgueil 
d'une vilaine Proftituée; Chafle envers fbn 
Mari, fans retenue vis-à-vis de tout autre; 
Maitreflè féconde & Epoufè ftérile, roule 

con 



(4o) 

confufement dans fà folle cervelle des idées 
de petiteflè & de grandeur , & pafîant tout 
d'un coup par-deflus fa delicateiîè, s'abaiflè 
jufqu'à fàtisfaire fbn appétit dans les embraiîè* 
mens d'un Faquin. 

Diverlès pallions agitent & maîtrifènt les 
Hommes. Les Femmes .... n'en ont que 
deux qui les obfédent ; mais dès qu'elles font 
fixées , il faut tôt ou tard que le cœur de la 
Femme fe déclare, ou pour le plaifir, ou pour 
la gloire de dominer. 



F I N. 






■wn * 



%/%*-* 






S#"*S: 



^ **